+ (212) (05) 22 26 40 10 - 05 22 26 26 06 smajdi@esjc.ma

#1/2 CYRIL DION : « DEMAIN EST UN FILM QUI SUSCITE LES CONVERSATIONS »

#1/2 CYRIL DION : « DEMAIN EST UN FILM QUI SUSCITE LES CONVERSATIONS »

 ACTIVISTE, ÉCRIVAIN OU ENCORE RÉALISATEUR AVEC SON DERNIER DOCUMENTAIRE DEMAIN, CYRIL DION MILITE POUR UNE SOCIÉTÉ PLUS À L’ÉCOUTE DE LA PLANÈTE. L’ÉCOLOGISTE AUX MULTIPLES CASQUETTES REVIENT SUR SON FILM ET L’ENGAGEMENT NÉCESSAIRE DES CITOYENS EN FAVEUR DE L’ENVIRONNEMENT. RENCONTRE.

D’un point de vue réaliste, à quoi ressemblera le monde de demain selon vous ? 

 

 

D’où vous vient cette conscience écologique ?

« C’est venu petit à petit. J’ai commencé par avoir une mère qui m’emmenait dans les magasins diététiques, puis après j’ai fais des études de médecine naturelle en parallèle de mes études de comédie. C’était déjà une façon de comprendre la manière dont l’écosystème fonctionne, et comment tout est relié. Après, j’ai commencé à lire des livres, à m’y intéresser de loin, j’ai rencontré Pierre Rabhi (essayiste, et fondateur du mouvement Colibris NDLR). Il a fait mon éducation sur le sujet. Pour résumer, ça fait dix ans que je m’y intéresse de façon très sérieuse. »

Avant votre documentaire Demain, en 2010 vous avez coproduit Solutions locales pour un désordre global, de Coline Serreau. Demain a-t-il la volonté de s’inscrire dans le prolongement de cette initiative ?  

« Mon projet était de continuer à faire des films et à écrire des livres. En travaillant avec Coline, je me suis rendu compte que j’adorais ça. On faisait les tournages ensemble, et j’ai fait un certain nombre d’interviews dans le film. En rentrant chez moi, je n’avais pas envie de retourner au boulot : je voulais continuer. J’ai fait un burnout en 2012 et quand je me suis posé la question de ce que je voulais vraiment faire et ce qui était le plus important dans ma vie, je me suis tourné vers l’écriture et la réalisation de films. »

Pourquoi avoir choisi de le coréaliser avec Mélanie Laurent ? Sa participation au projet est-il un ingrédient essentiel pour offrir une plus grande visibilité au documentaire ? 

« On est avant tout amis depuis 2011. Mais on sait bien que quand il y a des gens connus qui participent à nos initiatives, ça aide à donner de la visibilité dans les médias et auprès d’un public qui ne s’intéresse pas tellement à ce que font les ONG ou aux documentaires. Sa présence était un ingrédient parmi d’autres qui nous permettent de toucher un vaste public, comme le choix d’aller dans un circuit grand public. Au-delà de ça, elle a apporté son talent et sa sensibilité au documentaire donc c’était important de l’avoir. »

Contrairement au discours habituel que l’on peut entendre sur le réchauffement climatique, vous prônez un message positif, comme dans votre magazine Kaizen… 

« C’est important de se donner un projet, on peut pas demander aux gens d’arrêter de manger de la viande, de prendre leur voiture, sans rien leur proposer à côté. On a besoin d’une vision, d’avoir quelque chose qui nous porte, qui nous donne envie de construire le futur. Si on se contente seulement de raconter tout ce qui va mal, ça ne fait que paralyser les gens, ça ne leur donne pas d’énergie. En montrant des choses enthousiasmantes et possibles, on voulait avec Demain, susciter la créativité des gens, qu’il se disent « moi aussi je pourrais faire ça », et « ça me donne des idées ». »

Vous prônez le changement. Pensez-vous, justement, que ce film puisse y contribuer ?

« On pense pouvoir y participer, à notre échelle. On voit qu’il y a énormément de gens qui ont lancé des actions après le film. On a ouvert une section du site internet qui s’appelle « après demain » où les gens racontent ce qu’ils font après avoir vu le film. Ça contribue au milieu de pleins de choses, la plupart du temps cela vient des gens qui faisaient déjà des choses ou qui avaient envie d’en faire et qui se sont sentis encouragés et soutenus par le film. »

affiche-film

Cyril Dion a coréalisé le film « Demain » avec Mélanie Laurent. (Crédit photo : Allociné.fr)

 

Vous attendiez-vous à un tel succès pour votre documentaire Demain ?

« Non, on ne peut jamais s’y attendre, surtout quand on fait un documentaire sur l’écologie, qui dure deux heures, et qui est sous-titré. On a pu le diffuser à l’ONU, au Parlement européen, aux dirigeants français, dans des écoles… C’est extraordinaire ce qui nous arrive, et ce que ça suscite surtout. »

 

Que dire à un citoyen qui souhaite agir ?

 

Quels sont vos projets ?

Je suis en train de finir un roman qui va paraitre chez Actes Sud sans doute l’année prochaine. Et je fais un autre film, une suite de Demain. C’est une fiction qui essaye d’imaginer ce qui peut se passer dans les dix années qui viennent, si les gens se mobilisent vraiment et décident de changer la société. Une sorte de nouvelle histoire de la révolution, de façon constructive mais pas forcément tranquille. [rires]

Propos recueillis par Virginie Ziliani

Mariette Guinet

Elisa Montagnat

Source