+ (212) (05) 22 26 40 10 - 05 22 26 26 06 smajdi@esjc.ma

Les fake news à l’ère du digital

Les fake news à l’ère du digital

Les fake news ne datent pas d’aujourd’hui. En effet, si on remonte dans l’histoire politique de la France, on ne manquerait pas de constater que l’on publiait constamment des billets diffamatoires dans le dessein de salir la réputation d’hommes et de femmes de pouvoir.
Cependant, les fake news sont, plus que jamais, au goût du jour. Lors de sa première conférence de presse après son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump, le président le plus en vue dans le monde, accuse, dès sa première conférence, la chaîne d’information CNN et le média digital BuzzFeed d’être des « ordures », propageant de fausses informations.

On distingue, par ailleurs, deux types de fake news : celles de propagande et celles de complot.
Le premier type est utilisé pour manipuler l’opinion publique à travers le monde. Un exemple concret de ceci est la Russie qui a été pionnière dans le développement de la propagande numérique, brouillant les messages d’opposants et créant l’illusion d’un consensus écrasant. Ce régime autoritaire s’est construit une solide réputation de manipulateur des usagers des réseaux sociaux.

Le deuxième type est massivement présent sur la plateforme YouTube qui, ayant recours à un algorithme poussé servant à proposer de nouvelles vidéos à ses utilisateurs en fonction de leurs profils, diffuse des informations et vidéos antisystèmes ou complotistes.
Les gouvernements, de par le monde, ont pris différentes initiatives pour contrer ce phénomène qui s’est développé à une vitesse fulgurante par le truchement des réseaux sociaux, notamment Facebook, dont la République de Macron qui a élaboré un projet de loi visant à faire évoluer le dispositif juridique pour protéger la vie démocratique de ces fausses nouvelles, notamment en période électorale.

De même, le ministère de la communication marocain travaille sur sa propre version dans le but de sanctionner les fausses informations publiées dans les médias. La police marocaine s’est distinguée, quant à elle, par une série d’arrestations d’internautes ayant diffusé des vidéos dites calomnieuses.
On l’aura bien compris, les fake news sont dans l’ère du digital. Il faut donc un véritable travail sur le contrôle des sources de l’information pour contourner ce phénomènes, toujours rampant.