+ (212) (05) 22 26 40 10 - 05 22 26 26 06 smajdi@esjc.ma

Tanger: Des étudiants de l’ESJC chez Medi1sat

Tanger: Des étudiants de l’ESJC chez Medi1sat

Une chaîne en phase de mise à niveau. De nouveaux programmes pour bientôt C’EST une jeune chaîne télé que celle qu’ont découvert mercredi dernier les étudiants de l’Ecole supérieure de journalisme de Casablanca à Tanger. Medi1sat, la dernière née des chaînes du paysage audiovisuel marocain, a servi de cadre pour une visite de terrain des jeunes étudiants de l’école du groupe Eco-Médias. Les étudiants ont pu voir de près et surtout de l’intérieur la mécanique qui se cache derrière le petit écran. Gâtés, ils ont pu pénétrer au cœur de la chaîne, le «Nodal». Ce dernier est en effet le centre névralgique de cette station qui se veut moderne sur tous les aspects. L’une des caractéristiques de cette chaîne est le concept «zéro cassette». En effet, à l’inverse des chaînes actuelles, les émissions se font via un serveur informatique. Ce dernier stocke les émissions en format numérique et les restitue en direct en fonction du conducteur réalisé par les producteurs de chaque émission, à l’image d’un juke-box. Et dans ce cas, le Nodal joue le rôle de cheville ouvrière puisque c’est lui qui stocke les images et les traite grâce à de puissants ordinateurs. La capacité de stockage est d’environ 1.400 heures, de quoi alimenter l’antenne durant autant de temps. Les étudiants ont eu la rare chance d’assister en régie à un flash d’informations en direct, des moments de grand stress et de concentration menés avec précision par les équipes de la chaîne dont la moyenne d’âge ne dépasse pas les 25 ans. Après le flash, c’est au tour d’une journaliste de la chaîne, Imane Aghoutane, d’expliquer aux futurs journalistes comment se déroule une journée de travail normale. Avec Yann Gonon, rédacteur en chef de la rédaction francophone de Medi1sat, c’est à un tour d’horizon des outils informatiques dont dispose le journaliste qu’ont eu droit les étudiants. Tout est centralisé et informatisé, le journaliste devant faire ses recherches et écrire ses textes pour habiller les images dont il dispose, explique Imane, et devant même faire son propre montage vidéo en fonction de l’angle d’attaque choisi. En fait, un métier où il faut être polyvalent et qui n’a pas manqué de faire naître des vocations parmi les étudiants de la première promotion de l’Ecole de la rue Tata.Là ils ont pu découvrir l’un des secrets des journalistes télé, en l’occurrence le prompteur. C’est un écran installé devant la caméra et qui par un jeu de miroirs permet de lire son texte tout en regardant de face la caméra. Un exercice qui laisse l’impression au téléspectateur que le journaliste connaît son texte par cœur et qui nécessite beaucoup d’entraînement avant d’être maîtrisé. Medi1sat est une chaîne qui est actuellement en pleine phase de remise à niveau après le changement de l’actionnariat et l’arrivée d’un nouveau directeur général, Mustapha Mellouk, nommé il y a à peine quelques mois. «La chaîne est en pleine réflexion sur son futur et il est prévu que les premiers éléments de changement soient sur antenne dès le mois de mai», annonce-t-il lors d’une rencontre avec les étudiants futurs journalistes.


Une formation de haut niveau
L’Ecole supérieure de journalisme et communication du groupe Eco-Médias a ouvert ses portes en septembre 2008. L’admission à l’école se fait en deux phases, présélection sur dossier et un entretien comprenant un test écrit et une épreuve orale avec un accès réservé aux titulaires du baccalauréat. La formation est étalée sur trois ans. La première année est axée sur la culture générale et le renforcement des connaissances de base. Avec en prime une forte présence de cours pratiques. Le tout ponctué par un stage d’un mois. Les deuxième et troisième années ont pour vocation d’affiner les acquis de la première année et d’orienter les élèves vers la connaissance de la pratique du journalisme. Ces deux années comportent des stages, respectivement de 2 et 3 mois, dans des organismes de presse ou des entreprises de communication. L’Ecole est en train de mettre en place un studio radio similaire à celui de la station du groupe, Radio Atlantic. L’année prochaine ce sera au tour d’un véritable plateau de Télévision d’être mis en place. La validation du diplôme de l’école donne lieu à 60 ECTS (European Credits Transfer System), selon la norme LMD (Learning Management Development). Les lauréats ont la possibilité de poursuivre leurs études en 4e année en France ou un troisième cycle en Europe ou aux Etats-Unis (via le réseau de partenaires). L’ESJC est le fruit du partenariat entre Eco-Médias et le groupe européen (LMD) présent à Paris avec la doyenne mondiale des écoles de journalisme fondée en 1899, mais aussi à Toulouse, Agde (sud de la France), Bruxelles, Barcelone.

De notre correspondant, Ali ABJIOU